Non classé

La Maison des Morts – Sarah Pinborough 👻💀🏰😢

 

telechargement

J’avais premièrement découvert ce livre dans un haul de Margaud liseuse il me semble, et mon côté féminin a de suite été attiré par le caractère brillant et mignon de la couverture. Si tout ce qui brille n’est pas or, il s’agit cependant d’une petite pépite, sans parler toutefois d’un énorme coup de cœur.

On suit Toby, jeune adolescent qui vit de plein fouet l’horreur et l’inhumanité de son monde actuel. Il se trouve dès le début du roman dans une demeure appelée par ses soins et celle de ses camarades « la maison des morts ». Celle ci abrite des enfants dits « déficients » par une bande de scientifiques alarmistes après diagnostic sur une petite prise de sang. Ces enfants sont donc amenés à s’éteindre avant d’avoir atteint l’âge adulte, probablement dans d’horribles souffrances mais nous n’en saurons pas plus, aussi bien sur la maladie (ou plutot la mutation, ou la dyschromosomie… bref vous voyez donc bien ici qu’on ne sait pas vraiment ce dont il retourne) que sur sa découverte, qui a eu lieu il y a plusieurs dizaines d’année. Mais la maladie n’est pas le sujet central du livre.

Ces enfants sont donc amenés brutalement, une fois diagnostiqués, dans la maison des morts où ils sont encadrés par des infirmières peu engageantes dont « Matrone » est la chef. Ils ont également des cours donnés par des professeurs peu motivés. Le reste du temps, ils comptent les heures, essaient de faire comme si rien n’était jusqu’à ce que tôt ou tard, lorsque la maladie induite par leur déficience se manifestera lors des premiers symptômes, ils seront amenés par l’équipe (non)soignante au « sanatorium ». Ils ne reverrons alors plus jamais la lumière du soleil.

Toby est devenu froid, indifférent, refusant de s’attacher à ses camarades d’infortune. Des mécanismes de défense pour mieux supporter l’effroyable réalité. Il ne croit plus en rien, et décompte les heures. Ses seuls moments de plaisir restent la nuit. Etant le seul à ne pas prendre les somnifères donnés par les infirmières, la nuit lui appartient et il parcourt le manoir comme bon lui semble.

Sa routine est vite perturbée par l’arrivée d’un nouveau groupe de déficients, dont Clara, une jeune fille pétillante que sa destinée malheureuse ne semble pas perturber outre mesure. Toby sera d’abord dérouté et agacé par l’insouciance de cette jeune fille, qui ne semble pas mesurer à quel point tout effort d’épanouissement est vain. Il sera peu à peu gagné par sa candeur, son épicurisme et retrouvera sa joie de vivre.

Ce que j’en ai pensé :

Effectivement, à première vue, on pourrait s’imaginer ce livre comme un ouvrage horrifique mais que nenni, il s’agit plutôt d’un roman pour ado. Je ne connaissais pas l’auteur, qui est également à l’origine d’une trilogie sur les contes de grimm revisités.

J’ai beaucoup aimé le style, assez maîtrisé de l’auteur, agréable à lire, sans fioritures.

Celui-ci nous permet une certaine empathie pour le personnage principal et de comprendre toute sa détresse et ses désillusions.

J’ai beaucoup aimé le voir s’ouvrir à nouveau à son environnement et se redécouvrir un but, une passion, retrouver un lien social avec ses camarades d’infortune.

L’histoire d’amour n’est pas mièvre comme je le craignais, elle sert un joli message d’espoir même dans la tourmente.

Certains passages du livre peuvent sembler un peu vide, mais font ainsi écho au temps qui passe inexorablement conduisant les personnages vers une mort programmée et à l’ennui que ceux-ci ressentent dans la maison. Cette attente intolérable est plutôt bien retranscrite par l’auteur. J’ai beaucoup aimé le personnage de Clara, jeune fille anti conformiste qui se plonge à corps perdus dans ses rêves pour mieux appréhender la réalité. Elle permettra à notre personnage de se réveiller d’un long sommeil.

On aurait aimé un peu plus de détail sur cette mutation ou « maladie » dont sont atteint les personnages mais l’auteur a délibérément choisi de ne pas écrire un roman de SF ou d’anticipation mais de décrire une tranche de vie et le quotidien de cette population d’enfants atteints.

En conclusion, « la maison des morts » n’est pas un roman qui vous retournera ou bouleversera votre vision des choses mais une agréable lecture émouvante et attendrissante , au sein d’un très bel objet livre.

Publicités
Non classé

Présentation

Bonjour à tous, je me présente, Coline, 30 ans, lilloise.

J’étais une grande amatrice de lecture pendant mon enfance et adolescence , mais les études et l’avènement des séries US streaming et autre netflix m’ont écarté de ce sage chemin. J’y reviens tout doucement, guidée par l’envie de revenir à des passions intemporelles, essayant de conjuguer lecture, travail et loisir. Je lis un peu de tout avec une prédilection pour la fantasy, l’historique, le romanesque. Ecrire quelques chroniques me permet de partager avec vous mais également de garder une trace de mes ressentis après une lecture et de me rappeler la date à laquelle j’ai lu tel ou tel roman. J’espère que ce blog vous plaira.